Rôle de l'immunothérapie dans le traitement des cancers du sein

(30-Mar) L’Amicale des médecins cancérologues marocains organise une table ronde autour des actualités scientifiques en matière de dépistage et de traitement du cancer du sein à Casablanca et ce, le jeudi 31 mars 2005 à l’hôtel Idou Anfa .



Le cancer du sein touche près d’une femme sur dix au Maroc. Premier cancer de l’humanité, premier cancer de la femme. Mieux connaître l’étendue de la maladie, les moyens de prévention, les facteurs de risques, les traitements d’aujourd’hui et de demain aident à comprendre ce problème de santé publique.

La recherche en matière de lutte contre le cancer du sein avance rapidement en privilégiant des thérapies ciblées qui préservent une qualité de vie et augmentent les survies des malades même à des stades avancés. Ce qui permet aujourd’hui de donner de l’espoir à des millions de femmes dans le monde.


Plus le cancer du sein est détecté tôt, mieux il est pris en charge et mieux l’intervention thérapeutique sera ciblée et soignée. Les avancées scientifiques permettent aujourd’hui de l’espoir même pour les cancers du sein les plus graves (métastases détectées et test HER 2 positif).


A ce propos l’immunothérapie propose aujourd’hui des solutions complémentaires aux traitements traditionnels offrant ainsi aux patients plus de chance de survie.
Le Dr Roy Herbst, du Anderson Cancer Center à Houston (Texas) explique : « des thérapies hautement ciblées, plus spécifiques et moins toxiques que la chimiothérapie habituelle, peuvent augmenter la durée de survie et ralentir la progression de cancers de types rares et agressifs». ü
Dans cette classe de thérapies, Le trastuzumab (Herceptin) est aujourd’hui le seul traitement homologué aux USA, en Europe, au Japon et au Maroc. Il s’agit d’un anticorps monoclonal dirigé contre le récepteur HER2 comme un missile avec une tête chercheuse, c’est à dire visant uniquement les cellules atteintes contrairement à la chimio classique.
Le trastuzumab constitue un remarquable progrès dans le traitement du cancer du sein qui intéresse un quart des patientes seulement : celles qui ont une forte surexpression du récepteur HER2 et par ailleurs un pronostic sombre.


Le taux de réponse chez les malades sur exprimant HER2 est nettement plus important que celui obtenu avec la chimio seule.


Pour le Dr Alami Grefft, Président de l’amicale et cancérologue à Casa : « cette molécule en association à un autre médicament anticancéreux, constitue un protocole chimiothérapique combiné, faisant preuve en terme de survie d’une supériorité significative par rapport au traitement standard chez les patientes souffrantes de cancers de sein métastatique».


A rappeler que les femmes atteintes d'un cancer du sein bénéficient aujourd'hui de traitements adaptés à leur pathologie. Ainsi cinq techniques sont principalement utilisées : la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, l'hormonothérapie et récemment l’immunothérapie qui est une méthode innovatrice ciblée pour le traitement des cancers du sein avancés.

En matière de prise en charge de cette thérapie, la CNOPS procède au remboursement permettant ainsi des soins de qualité aux patientes marocaines au même titre que les patientes américaines et européennes.



Source : L’Amicale des médecins cancérologues marocains

 

THE HEALTH NEWS 2016